The power of many

My Power Plant +32 (0) 2 342 02 68
Temps de lecture: 7 min.

Échange d'électricité sur les marchés de gros de l'électricité

Définition

Le commerce de l'électricité désigne l'acte d'achat et de vente d'électricité entre les participants du secteur de l'électricité. Différentes formes d'échanges d'électricité sont possibles en fonction de la conception du marché, allant des marchés spot anonymes à court terme aux marchés de gré à gré à long terme. Ces marchés permettent d'échanger de l'électricité entre les producteurs d'électricité, les grands consommateurs industriels et les fournisseurs d’électricité avant qu'elle ne soit livrée aux consommateurs finaux. C'est pourquoi on les appelle souvent les marchés de gros de l'électricité.

Une petite histoire du commerce de l'électricité

Comme dans la plupart des régions du monde, le secteur de l'électricité en Europe était autrefois un secteur intégré verticalement et monopolisé. Une ou quelques entreprises étaient responsables de la production, de la transmission, de la distribution et de la fourniture d'énergie. Ces services publics étaient généralement détenus par l'État.

Une première vague de libéralisation a eu lieu en Amérique du Sud, après que le Chili a libéralisé son marché de l'énergie en 1980. En Europe, Margaret Thatcher a introduit une réforme visant à privatiser, libéraliser et désintégrer le système électrique anglais. Après l'introduction de la loi sur l'électricité de 1989, le secteur a été remanié en l'espace de quelques années. De l'autre côté de la Manche, l'idée d'un marché de l'électricité libéralisé et interne à l'Europe a commencé à prendre forme à Bruxelles. Après l'introduction du premier paquet énergie en 1996, le secteur a connu une transformation progressive vers un système énergétique dégroupé et concurrentiel.

Dans un système électrique verticalement intégré, le commerce de l'électricité n'est que peu nécessaire. En fin de compte, la production d'électricité est assurée par la même entreprise qui la fournit à tous les clients finaux dans une certaine zone de réseau. Après l'introduction du dégroupage et de la privatisation, ce n'est plus le cas. Dans ce cas, des dizaines, sinon des centaines de parties au marché doivent faire correspondre leur demande prévue et la production disponible sur les marchés de l'électricité.

Cette figure montre ce qui a changé après la libéralisation du marché de l'énergie.

Les marchés de gros consécutifs en Belgique

L'électricité est l'une des formes d'énergie les plus diverses. Elle est très différente des autres produits énergétiques, car l'électricité ne peut pas encore être stockée de manière rentable à grande échelle. Cela signifie que, dans notre système électrique, la production et la consommation doivent être égales à chaque instant. Pour pouvoir faire face à cette propriété particulière, différents marchés de gros sont organisés sur différents horizons temporels avant le moment réel de la production et de la consommation.

À long terme, les producteurs et les consommateurs peuvent échanger de grands blocs d'énergie sur les marchés des contrats à terme, plusieurs années avant la livraison effective. Ces marchés dérivés permettent aux parties aux marchés de se protéger (ou dans le langage des traders: se couvrir) contre les fluctuations imprévisibles des prix de l'électricité. En Belgique, les contrats à terme sont négociés sur l'ICE Endex et l'European Energy Exchange (EEX). Une autre option consiste à ce que deux entreprises concluent un accord entre elles, ce que l'on appelle alors souvent un contrat de gré à gré (Over-The-Counter, OTC) (nous y reviendrons plus loin).

Les marchés spot, par contre, permettent d'échanger de l'électricité pour une livraison le jour même où le lendemain. Le plus important est le marché day-ahead, qui ferme généralement à midi pour une livraison le lendemain. Par rapport aux marchés à terme, une estimation plus précise de la demande pour le jour suivant est possible sur la base des données météorologiques, des grands événements susceptibles d'influencer la demande (comme un match de football important) et des informations sur les pannes des centrales électriques. En Belgique, le marché day ahead est géré par EPEX Spot Belgium et l'électricité est négociée sur une base horaire.

Les prévisions ‘day-ahead’ de la demande ne seront jamais totalement exactes. Les prévisions de production, elles aussi, peuvent différer de ce qui était prévu, en raison de conditions de vent différentes, de l'insolation solaire ou de pannes de centrales inattendues. C'est pourquoi le marché intra-journalier a été introduit pour permettre des transactions spot encore plus proches du moment de la livraison. En Belgique, le marché intra-journalier est organisé par EPEX Spot Belgium, la résolution est de 15 minutes et les transactions ont lieu en continu.

En réalité, cette approche basée sur le marché entraînera toujours un déséquilibre résiduel dans le système électrique, à la fois parce que les traders n'ont pas pu conclure toutes les transactions nécessaires et parce que la production et la consommation ne peuvent jamais être prédites avec une précision de 100 %. Ce déséquilibre final doit être pris en charge par le gestionnaire du réseau de transport. En Belgique, il s'agit d'Elia. À cette fin, Elia active des produits dits de réserve de puissance. Pour en savoir plus, consultez notre article sur les marchés d'équilibrage.

Marché de gré à gré (OTC) contre marché boursier

Le commerce de l'électricité se distingue non seulement par l'horizon temporel dans lequel il s'inscrit, mais aussi par la manière dont les transactions sont conclues. Dans le secteur de l'énergie, il existe trois approches courantes: via une bourse de l'électricité (power exchanges, en anglais), par le biais d'une transaction de gré à gré (Over-The-Counter, OTC) ou sur un marché organisé OTC compensé en continu.

La bourse d'électricité

Les bourses de l'électricité sont utilisées pour des échanges anonymes, transparents et sans difficulté. Une plateforme de négociation multilatérale est mise en place, où les participants au marché soumettent des offres de demande ou d'offre pour un produit standardisé pour lequel la demande est suffisamment élevée pour assurer une liquidité suffisante. Le marché spot day-ahead est, par exemple, généralement organisé par une bourse de l'électricité et la compensation s'effectue selon le principe de la courbe de préséance économique.

Le marché spot intra journalier est également organisé par une bourse de l'électricité en Belgique, mais la compensation a lieu sur une base continue. Les participants au marché soumettent des offres anonymes de fourniture et de demande, tout comme sur le marché day-ahead, et les offres sont comparées en continu. Les parties intéressées peuvent également cliquer sur une offre ouverte pour conclure une transaction. Le marché intra journalier continu est donc également appelé marché organisé de gré à gré (Over-The-Counter, OTC).

Les plus grandes bourses spot en Europe sont EPEX Spot et Nord Pool, mais il existe également plusieurs marchés locaux. EPEX Spot est la bourse du marché au comptant pour l'Autriche, la Belgique, la France, l'Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Suisse et le Royaume-Uni. Le Nord Pool est le marché au comptant pour le Danemark, l'Estonie, la Finlande, l'Allemagne, la Lettonie, la Lituanie, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni. Afin d'assurer un meilleur couplage des marchés et de permettre la négociation intraday transfrontalière, EPEX Spot, Nord Pool, GME et OMIE ont mis en place un système de négociation harmonisé appelé XBID.

Marchés de gré à gré

Les marchés de gré à gré sont utilisés pour les échanges bilatéraux en dehors des bourses de l'électricité. Dans les échanges de gré à gré, les partenaires commerciaux sont en contact direct les uns avec les autres ou font appel à un courtier. Les transactions elles-mêmes ont lieu sur des plateformes de négociation en ligne ou par l'intermédiaire du courtier. Les accords sur les volumes de transactions et les prix sont conclus bilatéralement entre les parties, mais les normes contractuelles de simplification et d'atténuation des risques sont de plus en plus acceptées. La négociation de gré à gré est une pratique courante sur le marché de l'énergie, représentant le plus grand volume de transactions sur le marché de l'électricité dans de nombreux pays.

Même si les transactions de gré à gré peuvent être utilisées pour des transactions sur le marché au comptant, la liquidité croissante et les délais de fermeture de plus en plus courts des bourses de l'énergie rendent les transactions de gré à gré moins intéressantes pour les transactions à court terme. Pour la négociation de contrats forward de gré à gré ou de contrats future standardisés plus de 24 heures avant la livraison, la négociation de gré à gré reste la seule option disponible.

Dans les transactions boursières ordinaires, les prix et les volumes des transactions sont connus du public. Dans la négociation de gré à gré, ces informations ne sont disponibles que pour les parties contractantes. Bien que la négociation de gré à gré présente l'avantage de frais et de coûts de transaction potentiellement plus faibles, les obstacles à l'entrée sur le marché sont plus élevés qu'en bourse. D'une part, l'opération de gré à gré n'est pas un produit standardisé et sa conclusion demande plus de travail. Par rapport à la négociation en bourse, cela augmente la flexibilité de la négociation OTC, mais aussi le risque. D'autre part, des garanties financières importantes doivent être fournies par les deux parties.

Afin de réduire les risques liés au négoce de gré à gré et de simplifier les transactions, certaines bourses, comme la Bourse européenne de l'énergie (EEX) de Leipzig, proposent désormais des contrats de gré à gré standardisés. Si on le souhaite, ces contrats peuvent être réglés au moyen de l'European Commodity Clearing (ECC). Ces contrats standardisés, tels que le contrat-cadre EFET, sont généralement des modèles qui peuvent encore être adaptés à volonté par les parties contractantes.

Power Purchase Agreements (PPAs)

Power Purchase Agreements ou les contrats d'achat d'électricité sont souvent des contrats à long terme entre des producteurs d'énergie (renouvelable) et un consommateur, qu'il s'agisse d'un négociant, d'un fournisseur ou d'un gros consommateur. Ils sont particulièrement courants dans les pays où les producteurs d'énergie renouvelable reçoivent soit une subvention indexée sur le marché, soit aucune subvention. En substance, un PPA n'est rien d'autre qu'un accord de gré à gré avec un producteur d'énergie renouvelable. Plus d'informations sur les PPA dans cet article.

L'avenir du commerce de l'électricité

Les marchés de l'électricité en Europe sont en constante évolution. Pour atteindre l'objectif de la Commission européenne d'un marché intérieur européen de l'électricité qui soit compétitif et fiable, les marchés day-ahead de tous les États membres ont été couplés. Dans le cadre du projet XBID, les marchés intra journaliers sont de plus en plus couplés également depuis 2018.

Pour soutenir l'intégration des producteurs d'énergie renouvelable variable, l'horizon temporel la date limite de soumission des offres des produits spot standard sont réduits. Dans le même temps, les producteurs d'énergie renouvelable recherchent de plus en plus la sécurité financière en concluant des accords d'achat d'électricité à long terme, ce qui réduit le volume des marchés spot. Il reste à voir comment ces différentes dynamiques influenceront les marchés spot à long terme.

Une chose est claire cependant: les volumes d'échange sur les marchés spot augmentent d'année en année, et la variabilité croissante de la demande et de l'offre entraîne une plus grande volatilité des prix.